MOT DU RECTEUR

LE SANCTUAIRE NOTRE DAME DE LA DIVINE MISERICORDE : FONDEMENTS SPIRITUELS
imgRecteurChaque sanctuaire propose au monde une manière particulière d’aller à Dieu, de le rencontrer et de l’appeler au secours de notre faiblesse. Aussi, le sanctuaire de Raviart, en portant le titre de «Notre Dame de la Divine Miséricorde » a-t-il un message spirituel particulier à l’endroit de tous ceux qui le visitent. Il repose essentiellement sur la spiritualité de la divine miséricorde. Le mot miséricorde vient du latin  » miseri/cordia « , et signifie le cœur (cor) sensible au malheur (miseria) . Dieu a un cœur sensible à la misère, à notre misère, à nos souffrances, à nos péchés. La Parole de Dieu présente souvent le Seigneur comme un Dieu de miséricorde et utilise pour cela des expressions émouvantes : il a des entrailles de miséricorde, il aime d’un amour profond, comme une mère … La miséricorde apparaît donc comme l’attachement profond d’un être à un autre et particulièrement de Dieu à l’homme. Dans notre vie, Dieu souffre avec nous, il est bouleversé par nos malheurs, nos souffrances et notre condition d’homme pécheur. La miséricorde de Dieu est particulièrement visible dans le Christ. « Lui-même l’incarne et la personnifie. Lui-même est, dans un certain sens, la miséricorde.  » Par ses paroles et par ses actes, Jésus manifeste le Cœur miséricordieux de Dieu. Mais toute l’intensité de l’amour et de la miséricorde se manifeste par l’épreuve de la Passion et de la Croix. Là, Jésus a pris notre péché, mais aussi toutes nos souffrances, la souffrance de chaque personne, de tous les hommes et de toutes les femmes, de tous les temps. Mais quel est le lien entre la miséricorde qui nous vient de Dieu et l’humble jeune fille de Nazareth, Marie ? c’est Saint Jean-Paul II qui, dans l’encyclique « Dives in miséricordia », nous le fait découvrir : « Marie est aussi celle qui, d’une manière particulière et exceptionnelle – plus qu’aucune autre – a expérimenté la miséricorde, et en même temps – toujours d’une manière exceptionnelle – a rendu possible par le sacrifice du cœur sa propre participation à la révélation de la miséricorde divine… Marie est celle qui connaît le plus à fond le mystère de la miséricorde divine. Elle en sait le prix, et sait combien il est grand. En ce sens, nous l’appelons aussi Mère de la miséricorde: Notre-Dame de miséricorde, ou Mère de la divine miséricorde; en chacun de ces titres, il y a une signification théologique profonde, parce qu’ils expriment la préparation particulière de son âme, de toute sa personne, qui la rend capable de découvrir, d’abord à travers les événements complexes d’Israël puis à travers ceux qui concernent tout homme et toute l’humanité, cette miséricorde à laquelle tous participent «de génération en génération», selon l’éternel dessein de la Très Sainte Trinité. » Nous voici donc au coeur de la dimension spirituelle de ce sanctuaire. En Marie, nous désirons entrer dans les profondeurs de la connaissance de l’amour infini de Dieu à notre égard, l’expérimenter et en être témoin. Par Elle, nous voulons offrir au Christ miséricordieux nos joies et nos peines, en acceptant de faire le chemin qui mène jusqu’à la croix, et de la croix à la résurrection. Avec elle, nous renouvelons notre foi en ce Dieu qui n’est pas insensible aux souffrances de l’Homme et qui nous invite à partager la joie de la rédemption.

Abbé Jean-Claude ATSAIN,

Recteur.